AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 les paroles

Aller en bas 
AuteurMessage
Anne Laure
Fan !!!
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 32
Localisation : le sud!
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: les paroles   Lun 16 Oct - 15:34

salut!
y'aurai pas moyen d'avoir les paroles des ziks?
Please? Enfin juste une supposition comme ça... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kokuma.skyblog.com
Anne Laure
Fan !!!
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 32
Localisation : le sud!
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: les paroles   Mar 17 Oct - 22:53

J'ai Po de succès avec mes sujets moi ... Neutral Crying or Very sad lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kokuma.skyblog.com
Sylvain
Phyltre


Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: les paroles   Mer 18 Oct - 9:18

Mais siiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, c'est juste qu'on met du temps à répondre !!! alors pour les paroles, tiens je pourrais les copier ici, je vais voir ce que ça donne...

Solal

Déjà roi d’un monde
Où se battent les secondes
Les unes tournent autour de toi
Les autres pour aller tout droit
Désarroi d’un monde
Se suivent les secondes
Les unes tournent autour de toi
Les autres pour aller tout droit

Alors merci quand même
Peut on rejouer la scène ?
Toujours à la traîne
C’est vraiment pas la peine

Solal est-il pluriel ?
Que dirait-il de celle
Qui gardera le rêve entier
Le gardera sans y toucher ?
Ma Galaxie m’illumine et je crois à raison
Qu’elle ouvre mes abîmes traverse mon horizon
A défaut de vos lèvres pourrais-je me lover dans vos bras ?
Si je suis bon élève je veux toujours ce que j’ai déjà

Croyons, ça ira mieux

Tous les enfants du bon dieu
Oublient les règles du jeu
Et prostituent leur foi tant bien que mal
Carreaux vichy tout de bleu
Une seule raie, dans les cheveux
Nous t’apprendrons ce qui est bien ou mal

L’insécurité coûte cher
Ils ne faut plus laisser faire
Adam et Eve ne l’ont pas voulu
L’avortement éphémère
N’est pas compris dans la sphère
Du droit divin, le droit divin...

A genoux, à genoux, croyez en tout
A genoux, à genoux, croyez surtout

Reniez le prolétariat
Négligez la malaria
Un bon bout d’hostie et puis ça ira
On se baffre au Vatican
Où l’on croit même en l’argent
Les gloîtres gonflent comme ceux des pélicans

Croyons c’est bon pour le temps
La production s’en ressent
Optimisons, optimisons
Elitisme un peu trop blanc
Prosélytisme troublant
Embourgeoisons, embourgeoisons...

Mektoub

Des ombres dansent et s'écartent sous le jour
La ville s'épanche, les idées chassent à court
Ces sirènes à genoux sonnent au fond d'abîmes
Elles tournoient un matin, s'effacent et sans estime.
Des tresses étranglent mes souffles
Et comptent les messages qui étouffent.

Mais regarde de haut
Ces histoires sans allure
La colère ne te vaut
Que ce jour qu'on assure
Tu attends

Mais Vides, ces allées sans étoiles
Le Mur, lui le sent qu'on décale
Mektoub...

Censeurs de soie on dirige
A bloquer somptueux carnages
Des avoirs qui ne sont
Que des fortunes sans hommages
Cette eau pourra bien nous traîner
Elle vaut des déserts habités...


Historique Histoire

Commençons tout depuis l’an zéro
Quand Adam n’avait pas d’âme
Un bon barbu a vu tout ça d’en haut
Et l’a transformé en âne
J’ai beau relire, tous mes viens cours d’histoire
Même en plein délire on ne me fera pas croire
Que l’homme n’est pas, n’en déplaise à Papa
Un animal à crâne vide et poil ras
Puisque j’aboie je veux qu’on me vouvoie
Vous qui miaulez même la nuit je vous vois
Je vous brosse, me caresse, rêve de vous renifler les fesses
Je m’adosse, je m’affaisse, je suis un animal en laisse

Un saut dans le passé serait décent
Si l’on redescend l’échelle de l’homme jusqu’à maintenant
Et pourtant

Comme l’écureuil, j’épargne à taux très bas
Ho portefeuille, assurance vie-trépas
Je travaille, je m’épuise, je penche comme la tour de Pise
Je déraille, je m’enlise, finalement je relativise
Mais reprenons tout depuis si longtemps
Que je n’sais plus très bien comment
Le vieux barbu est devenu dément
Et s’est décidé à faire couler le sang


Vous n’êtes vous même pas plus que moins que rien
Je n’suis moi même pas plus que moins que rien
Que rien

Exterminons les moches et les méchants
Et massacrons nous serons dans les temps
Haut les mains tu dois penser comme moi
Peau de chagrin, personne ne croit en toi

Ca sent la fin, et ce depuis longtemps
Mais l’homme a faim et s’aiguise les dents
Sainte Guerre, et ta mère ?
Sainteté éphémère
Sainte guerre, des nerfs !







Nina

Nina aimerait que l’on s’écarte
Pour mieux laisser passer tous ses élans
Pour mieux bâtir tous ses châteaux de cartes
Pour mieux laisser traverser tous ces gens

Mais Nina n’a pas d’ombre
Non, Nina n’est pas matérielle

Elle attend qu’une existence lui parvienne
Elle attend qu’on imagine un peu
De ce corps qu’on croyait si naturel
Elle attend qu’on imagine un peu

Nina oublie entre autres choses
Les lois du vide avant qu’elle vienne
Elle regarde un peu ce qu’elle suppose
Elle rêve un jour d’un autre règne

Un peu d’air

Offrez nous juste un peu d’air
Un peu tout mais pas si clair
Un peu flou, juste un peu d’air
On attend que les uns décident
On espère que les autres suivent
On serait mieux sur d’autres terres à rides

Corps à corps
On s’allonge enfin
Tout s’endort
Où on se rejoint

Mais laissez moi mes scènes
D’enfant roi mécène
Pas bien droit
Pas plus que reine

Décors, encore
Qui s’allongent sans fin
Des corps on s’endort
Et on se rejoint



Survol

Une autre terre, un autre brin d’humanité
Ma citadelle finira bien par s’effondrer
Comme si je ne savais pas voler
Mes demoiselles, ne voyez pas dans ces entrées
Deux blanches ailes, me permettant de décrocher
Tout ce qui ne pourrait plus voler

C’est un fond comme un autre, où en est le temps
Cet endroit est le notre, à présent
C’est un son comme un autre, où en est le temps
Ce survol est le notre, allez vous en !

Et sans pourvoir à tous ces besoins qu’on attend
Je ne fais que croire, c’est déjà beaucoup mais pour l’instant
Je préfère croire en Peter Pan
C’est juste un vieux rêve ou la durée d’une vie d’enfant
Pour que je m’élève, je voudrais bien que tous les vents
Me prennent et m’embrassent en passant

C’est un fond comme un autre, où en est le temps
Cet endroit est le notre, à présent
C’est un son comme un autre, où en est le temps
Ce survol est le notre, allez vous en !


L’Apparat

Elle se lève du mauvais pied
Se maquille un peu, lui demande :
« Comment pourrait-on faire mieux ? »
« Je vous conseille du soleil en cachets
3 par jour et vous serez bronzée
Mettez de la Biafine dans la Lesieur
Contre les coups de soleil intérieurs »

Ho non, où vit-on ?
Dans un mauvais ton
Et dans un temps
Où l’un par un
Devient apparent

Elle a eu des petits seins
Les a voulus moyens
On lui a dit : « C’est restreint,
Prenez-en plutôt des maxis »
Elle répond bien à la norme en vigueur
Une silhouette mathématique pour Mister
Si vous brûlez ses seins en poire
La fumée sera noire

Ho non, où vit-on ?
Dans un mauvais ton
Et dans un temps
Où l’un par un
Devient apparent

Occidental psycho

Je vis la vie à l’envers
Je noie l’envie dans l’éther
Je traîne, je coule, je suis
J’étrenne, j’écoule, j’essuie
L’aseptisé, désinfecté, brillant
Lacets bien faits, souliers cirés, inquiétant
Le nœud de cravate est calculé
Le visage trop mat est soigné
Derrière un dos, parfait, attirant
La lame est là, aiguë, et pendant que

Les notes s’envolent
Et les mots décollent
La fureur
Fait couler le sang
Massacre en riant
Quel bonheur
Alors j’éventre, j’arrache
En dilettante, je recrache

Médiocrité, banale, prolongée
Médiocre idée, anale, attardée
Voyez ma carte immaculée, je suis la lumière
Les gens s’écartent, pour m’acclamer, je suis la terre-mère
Tous les défauts que je n’ai pas me collent à la peau
Je la nettoie, voilà pourquoi je suis si beau
Il est si bon de fendre des crânes
Sur des mélodies placides, blafardes
Rigor Mortis, froideur rigide
Les yeux se plissent, la douleur est acide...


Download

Ca s’en va ça revient et ça va plus loin
On s’arrête on transpire sans fin
Mais viens sur moi hanches et reins,
Et prends moi dans tes mains
On s’entête on se retient et on explose enfin

Enlacés, délassés mais
Laisse moi t’écouter, te caresser
Essaye un download, essaye un download
Habillés, dénudés, mais
Laisse moi t’envoûter, te deviner
Essaye un download, essaye un download

Mais laissez moi pour un temps partager l’avant
Si l’après ne dure qu’un printemps
Mais on voudrait sans remords prolonger l’instant
C’est encore à chercher, profitons de l’élan

Enlacés, délassés mais
Laisse moi t’écouter, te caresser
Essaye un download, essaye un download
Habillés, dénudés, mais
Laisse moi t’envoûter, te deviner
Essaye un download, essaye un download

Irrisés, dévalisés
Laisse moi t’enliser, t’analyser
Essaye

Prélassés, entrelacés
Je n’en ai jamais je sais, jamais assez
Fais moi un download, fais moi un download
Dans tes courbes, accélérer
Et sans monter les tours, sans déraper
Fais moi un download, fais moi un download

Avalez moi dévorez moi
Achevez moi, enflammez moi
Fais moi un down, fais moi un
Avalez moi dévorez moi
Achevez moi, enflammez moi
Fais moi un down, fais moi un


Le Change

C’est l’Euro événement
C’est le dollar à plein temps
On change à la mi-temps
On lève le doigt
On ne change pas de camp

Mais que plus rien ne change
Mais que plus rien ne change
La vie devient un libre échange
Le vice est dans le libre échange

On portefeuille morte
Dans le vent
Spécule homme à ta porte
Car il est temps
De vider l’appendice
De tout son sang
Opérez maintenant

Mais que plus rien ne change
Mais que plus rien ne change
La vie devient un libre échange
Le vice est dans le libre échange





L’alter

Comme dirait quelqu’un s’il était toujours vivant
Et s’il avait pensé à le dire :
« Puisque puissance puise élégance puis allégeance
Les gants épuisés masquant l’impuissance
Moiteur à l’heure du moi sous des gants de soie
Pour que sueur de l’ego ne transpire sur l’empire de l’alter
Alter égoïsme sans alternative
L’inaltérable haltérophile se désaltère en terre inconnue
Alter répression sera donc le mot du siècle prochain puisqu’il l’est déjà

Jouissance orgasmicide, l’individu divisible parsemé pour l’unité
Chié en spray vers un nihilisme du Je
Sacrifié pour l’homogène
Homme aux gènes hétéroclites et polygames
Une gamme de clitoris exacerbés par un afflux de sang financier
Sans limite pour cent euros, sans abri s’entendre parler sans s’écouter

Vertus de l’altruisme comme alternative à l’introspection
On nous interdit l’égoïsme et bientôt nous devrons
Mais vous devrez souffler dans des altruismotests
Virtuosité du modèle unique nettoyant le disque dur
Formatant l’être exemplaire, ex-ampleur du Plusieurs aujourd’hui virusé
Le Bon nous est présenté sur un podium
Télécharger les bonnes valeurs
S’en inspirer sans jamais les atteindre
Mettre la pression sur l’imprimeur pour qu’impression prime sur émotion
Et choisir la plus belle photo, la faute aux photographes sélectionnant pour nous la lymphe de la bonne conduite
Alors seulement nous serions, vous seriez respectables
A table sans cartable avec la famille, mais sans jamais y rentrer
La rentrée des classes, la lutte des classes, mais qu’est-ce qu’on s’éclasse
Remplissez donc votre cartable et gambadez
L’EXAMEN FINAL APPROCHE »

Alter, votre altesse, and I’m ok
Altesse, votre alter, am I ok ?
Alter, votre halthère, and I’m ok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Laure
Fan !!!
avatar

Nombre de messages : 107
Age : 32
Localisation : le sud!
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: les paroles   Mer 18 Oct - 10:04

AHHhhhh Very Happy Merci Sylvain!!
Et oui du genre impatience vous pouvez compter sur moi! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kokuma.skyblog.com
Ceceici



Nombre de messages : 30
Age : 37
Localisation : Aix-en-Provence
Date d'inscription : 28/10/2005

MessageSujet: Re: les paroles   Jeu 19 Oct - 20:52

Ha cool !
merci pour les paroles !
comme ça ! je peux chanter toute seule le matin dans ma voiture !

a+++
Cécé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les paroles   

Revenir en haut Aller en bas
 
les paroles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Paroles] Place je passe
» [INFO] Clip, paroles et traduction de "Mädchen aus dem All"
» Paroles et traductions des chansons de Mike
» Paroles et Musique: Daniel Balavoine 1980 "Un autre m
» [INFO] Les paroles et traduction de "Automatisch" et "Automatic"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Forums PHYLTRE :: Mettez ici ce que vous voulez...-
Sauter vers: